ActuTrouvé sur le Web
 Franchement, Loys, GG

Posté le : 26 mars 2012

(« GG » signifie « good game », rituel récurrent pour dire « bien joué » dans l’univers de nombreux jeux, dont vidéo)

Vous avez forcément entendu parler de Loys Bonod. Mais si, c’est ce prof de français qui a fait parler de lui jusqu’au JT de France 2, parce qu’il avait eu l’idée de piéger ses élèves avec un faux corrigé qu’il avait lui-même dispersé sur le Web. Élèves qui ont bien entendu en grande majorité (plus des trois quarts) recopié les corrigés à leur disposition sans tellement chercher à comprendre ce qu’ils faisaient. Lisez son article.

M. Bonod a voulu démontrer que :

  • « les professeurs peuvent parfois maîtriser les nouvelles technologies aussi bien [que leurs élèves], voire mieux qu’eux ».
  • « tout contenu publié sur le web n’est pas nécessairement un contenu validé ».
  • « c’est un manque cruel de confiance qui pousse [ses élèves] à recopier ce qu’ils trouvent ailleurs, et qu’en endossant les pensées des autres ils se mettent à ne plus exister par eux-mêmes et à disparaître ».

Ce sont ses conclusions. Voici les miennes. Sans aucune prétention.

Loys Bonod in: Unhelpful highschool teacher

Vous avez prouvé qu’une mauvaise utilisation du numérique par un pénalisait tous. La consigne de l’exercice était « commenter le poème de manière exclusivement personnelle ». À l’heure des Internets, autant demander à un cycliste de faire le Tour de France sans pikouze, et DE TOUTE FAÇON, a-t-il vraiment déjà existé une génération d’élève à qui on a demandé un avis personnel qui a rendu un travail sans se tuyauter d’une manière ou d’une autre ?
Il y a une chose formidable qui s’est considérablement développée ces derniers temps, M. Bonod, c’est la sagesse des foules (je vous ai mis le lien Wikipédia, mais méfiez-vous, quelqu’un y a peut-être mis des bêtises). L’enjeu de votre expérience n’est pas moindre : il s’agit d’expliquer à des adolescents qui vivent baignés dans le numérique depuis leur plus fendre entance qu’il est possible de faire un usage réfléchi de l’outil. Putain, Loys, monte un Wiki dédié, un forum, incite-les à s’entraider sur Twitter. Ils n’iront PLUS emprunter des livres dans la bibliothèque poussiéreuse, de toute façon. Le numérique, c’est leurs vies, c’est un peu la vôtre bien sûr, mais il y a de nombreuses chances (no offense, vous m’avez l’air plutôt frais, en plus) pour qu’ils s’en servent plus longtemps que vous.
La caricature grossière qui ressort, c’est un peu celle de l’industrie du disque frustrée qui punit ses propres consommateurs parce qu’ils ont un temps d’avance. Ne punissez pas vos propres élèves par frustration, M. Bonod (je répète, ceci est une caricature grossière).
Et donc, finalement, si je qualifierais l’expérience d’amusante, je ne suis pas sûr que le fait de claironner « J’ai pourri le Web » soit une bonne méthode pour prouver quoi que ce soit, tant ce n’est pas l’idée globale de cette formidable invention.

Vous avez prouvé que vos élèves n’avaient aucune conscience journalistique. Les sources, bordel, vérifiez vos SOURCES, les mecs.

Vous avez prouvé que l’école se tire une balle dans le pied à vouloir faire comprendre à des jeunes gens de 16 ans des poèmes vieux de 300 ans. Un poème… ? D’amour ? Qui utilise des… ? Images métaphoriques ? Et qu’il faut… ? Relire trois fois pour entrevoir un sens ? Ce n’est ni ce qui les intéresse maintenant, ni ce qui leur servira plus tard. Loin de moi l’idée de tirer la culture des lycéens français vers le bas. Mais franchement, le plus objectivement possible : ne pensez-vous pas qu’il n’existe aucun autre moyen de faire découvrir la beauté de la rhétorique française qu’en usant d’un vague poème pas très youplaboum ? Même en sortant du cliché, je suis persuadé que l’analyse de la ténébreuse complexité de notre langue peut passer par autre chose que la sanction de la lecture de textes rébarbatifs et glorifiés depuis des générations pour on ne sait plus quelles raisons. Et j’écris en toute connaissance de cause : j’ai lu « L’étranger » en 1ère. J’ai aujourd’hui 23 ans, et je ne suis toujours pas sûr, si je le relis, de pouvoir ni l’apprécier ni d’en tirer une quelconque morale ou finalité. La culture, à mon sens, ça ne s’impose pas.

Vous avez prouvé que les médias « traditionnels » raffolent encore et toujours des expériences prouvant peu ou prou qu’Internet, dans le fond, c’est caca. Fallait pas leur offrir ça sur un plateau. Nous, peuple des Internets dont vous faites pourtant visiblement partie au vu de votre expérience, nous luttons depuis des années contre ce genre de raccourcis. Je n’ai même plus envie de faire de la pédagogie là-dessus.

Vous n’avez rien prouvé concernant les correcteurs orthographiques de nos logiciels modernes, mais dans le fond, qu’en pensez-vous ? Mais oui, M. Bonod. Car finalement, qu’est ce qu’un correcteur orthographique sinon une béquille numérique pour avoir à connaitre par cœur tous les mots de la langue française. Oh, un correcteur orthographique ne permet pas de ne pas connaitre sa conjugaison ou sa grammaire. C’est une béquille. Une fois qu’on sait s’en servir, elle n’est pas dangereuse. C’est même une putain d’invention géniale. C’est beau, le numérique.

Vous avez prouvé que votre niveau en dessin était bien, mais pas top.

Pour ma part je ne crois pas du tout à une moralisation possible de l’humanité, de toute façon, mais autant ne pas tendre le bâton.

Et je défends ce paradoxe : on ne profite vraiment du numérique que quand on sait s’en servir.

 

Tags : ,

Catégorie(s) : Actu, Trouvé sur le Web | Flux RSS
Se plaindre à la direction | Lien vers cet article
«

Article précédent


Une plainte

  • Sauf que faire une recherche sur Internet ne t’apprend pas à réfléchir, et c’est là tout le but de l’exercice. C’est assez rare mais cette fois je suis en total désaccord avec toi : internet est un chouette outil mais il ne peut pas remplacer une réflexion personnelle. Si les élèves ne sont pas capables de réfléchir, c’est quand même un vrai problème !

    Au passage, c’est peut-être ce qui manque aussi à la Presse d’aujourd’hui : de la réflexion, de l’analyse et pas juste un travail documentaire soigné visant à pondre de l’information rapide, sans intérêt, vite oubliée.

Se plaindre

:) :( :-P :D :oops: :cry: :o :-| :twisted: :mrgreen: -_- 8) :roll: :-? :-x :evil: :lol: :noel: more »

*



  • À propos…

    Ceci est un article de Thibaut Charron, propriétaire de ce blog s'adonnant gaiement aux joies du LOL.

    Après plusieurs expériences dans le Web, je suis aujourd'hui étudiant en Game Design à l'ISART Digital, Paris.. Mes sujets de prédilections sont les univers geeks, la promotion et la défense des Internets et la diffusion du LOL. Bien cordialement.

    En savoir plus - Contact


    Logo RSS

  • Rangements


  • Error: Operation timed out after 5000 milliseconds with 13644 bytes received
  • Twitter is over 9000!!1!1


  • Random Blogroll

    Selon les cas : j’aime / je lis / je suis pote avec, parfois, les trois :)